29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 09:00

.... à travers l'histoire des chevaliers du Buc, de la Normandie à la Martinique en passant par la Turquie.

 

Nombreuses sont les familles et les êtres de l'Histoire, dont nous ne mesurons pas l'importance du passage sur cette terre. Nous nous rendons compte que toute vie apporte son originalité et son lot d'aventures. Mais force est de constater qu'il y a des destins plus "romanesques" que d'autres.


Petit à petit les archives familiales s'ouvrent. Des vérités historiques appuyées par des documents anciens oubliés dans les malles, caves, greniers... viennent confirmer, infirmer ou compléter les connaissances actuelles des historiens.

C'est le cas de la famille du Buc, par le truchement d'Yvan Brunet du Buc de Mannetot, historien. Avec le soutien des siens, l'histoire d'une grande et noble famille d'origine normande se révèle avec la sortie du livre "1493-1848 *** Si la Martinique m'était contée...".




Avant l'édition de ce livre, Maria Garbacz fut porteuse de la mémoire familiale. Son histoire est déjà une romance. Polonaise rencontrée en captivité par Léon du Buc en 1943, durant la dernière guerre, elle se marie et entre dans la famille en 1945. Acquérant au fil du temps son statut de "mémé dubuc", elle décède en l'an 2000. Yvan Brunet du Buc
 de Mannetot, prend le relais de Maria du Buc, pour révéler ce "trésor" familial.


L'introduction de son livre pourrait se résumer à ce passage :
"Depuis toujours, nous savons que notre nom de famille a une histoire, une grande histoire. Il y a les rumeurs, les traditions orales, les documents, les lettres, les photographies, les vieilles cartes, les vieux livres, les tableaux, les blasons, les terres, les vieilles fermes", les vieux châteaux, les vieux manoirs, les vieux tombeaux....

Et que découvre-t-on entre autre ?

Jean VI du Buc du Fontenil, noble Seigneur Normand, Chevalier, Sergent royal de la Marine, participe avec son voisin et ami Pierre Belain d'Esnambuc et Mr Urbain du Roissey, activement à la première vrai conquête française des Antilles. Sur l'ordre du Cardinal de Richelieu, les trois hommes embarquent en 1626 pour prendre possession de l'île de Saint-Christophe (St Kitts) alors occupée par les indiens caraïbes.

En 1635, Jean VI du Buc, Jean du Plessis et Charles Liénard montent une nouvelle expédition qui les conduit le 23 juin 1635 sur la plage du Carbet en Martinique. (Christophe Colomb avait découvert la Martinique en juin 1502, par cette même côte). Mais les Français sont les premiers à tenter une occupation. Face à la férocité des indiens caraïbes qui occupent l'île, ils ne séjournent pas plus de 3 jours, pour rejoindre la Guadeloupe, où ils fondent une nouvelle colonie chrétienne. La conquête réelle de la Martinique par la Françe commence en septembre 1635, avec un débarquement conduit par d'Esnambuc. Il n'en reste pas moins que Jean VI du Buc devança son ami Pierre Belain d'Esnambuc en Martinique, comme en Guadeloupe. Entre 1636 et 1657, Jean VI du Buc aide le premier gouverneur du lieu, Mr Jacques Dyel du Parquet, à effectuer les premières explorations, avant de s'éteindre en 1666.

Que découvre-t-on encore ?

En 1657, Pierre III du Buc, fils de Jean VI, tue son cousin le chevalier Antoine de Biencourt dans un duel sans cause connue. Pour ce fait condamnable, il est recherché par les mousquetaires du roi. Grâce à son père, dont nous connaissons maintenant les exploits et les relations, Pierre embarque discrètement à Dieppe, destination Martinique. Il débute sa nouvelle existence sous le nom de Pierre Dubuc. Il s'enrichit, retrouve ses lettres de noblesse, à force d'exploits, de courage et de réussite.

 Pierre III du Buc avec l'aimable autorisation du 25/03/2009 de la famille du Buc (France), reproduction interdite.


Pierre du buc de la Caravelle fonde ainsi la branche antillaise des du Buc. Branche qui laissera quelques traces significatives dans l'histoire de France et l'histoire des Antilles française. Nous retiendrons le Château Dubuc en Martinique, 3ème lieu touristique de l'île le plus visité, des combattants valeureux, un économiste, deux écrivains, un intendant, trois députés, un Franc-maçon, dont vous découvrirez l'implication économique, politique et culturelle au fil des pages et au fil des siècles.

Et puis il y a Aimé du Buc de Rivery....

Nous connaissons deux grandes dames de France, originaire ou ayant vécu en Martinique : L'impératrice Joséphine de Beauharnais, de son vrai nom Marie-Josèphe-Rose de Tascher de la Pagerie, épouse de Napoléon Bonaparte et Madame de Maintenon, épouse secrète de Louis XIV.

En Martinique, Joséphine petite joue avec sa cousine Aimée du Buc. Un jour, les deux fillettes rencontrent une voyante ou sorcière Vaudou. A Joséphine elle aurait prédit : "tu seras reine... non, pas reine... tu seras plus que reine...". Quant à Aimée du Buc, elle l'aurait vu recluse dans un magnifique palais qu'elle ne pourrait plus jamais quitter.

Cette destinée promise à Aimée du Buc contribue à alimenter la légende qui enveloppe la vie extraordinaire de cette femme. Légende qui fait l'objet d'un Best Seller : "La nuit du Sérail" en 1983 de Michel de Grèce, d'un film "Angélique, Marquise des Anges" de Robert Hossein, d'un opéra de Donizetti, du film "Puissance Intime" en 1989 de O'Shea Ambre, de l'ouvrage "L'impératrice Voilée" en 1923 de Benjamin Morton, du livre "Une Sultane Française" en 1928 de Jean Minassian.... et de nombreuses autres parutions...

 Collection famille du Buc, reproduction interdite, autorisation Y.B. du Buc de Mannetot


Avec "1493-1848 *** Si la Martinique m'était contée...", la famille du Buc confirme la légende avec documents et tableaux inédits. A 12 ans et demi, Aimée part de Nantes en 1788 pour un retour en Martinique. Son bateau fait naufrage. Sauvée de la noyade par un navire espagnol, ce dernier se fait appréhender par des pirates... Ainsi, se dessine un destin étonnant, qui passe par l'Algérie, le harem de constantinople, pour la conduire au rang suprême de Sultane Validé en 1808, sous le règne de Mahmoud II. Une histoire qui explique les relations diplomatiques courtoises entre la France et la Turquie de l'époque, empires dont les deux femmes d'influence étaient cousines ... Martiniquaises... Frémissantes révélations à découvrir dans ce livre d'Yvan Brunet du Buc de Mannetot, où nous comprenons, preuves émouvantes à l'appuis, comment deux générations de souverains turques aimèrent la belle Aimée du Buc de Rivery. Son surnom turque en dit long...: "Nakchidil" : "Empreinte du Cœur".

Un livre destiné naturellement à ceux que l'histoire des Antilles Françaises intéresse de prés ou de loin, mais aussi un ouvrage tout public dont les nombreuses anecdotes bien réelles pourraient inspirer quelques romanciers...


---------------


Aujourd'hui, ce livre est épuisé du fait de son succès. Il est remplacé par une nouvelle parution du mois d'Août 2013, du même auteur, Yvan Brunet du Buc de Mannetot en collaboration avec Fabrice Renard-Marlet :  

 

"La Saga des Du Buc"

 

En 2 tomes (respectivement de 804 pages et 821 pages). Ce nouveau livre reprend l'intégralité du contenu de l'édition précédente, mais avec beaucoup de nouvelles trouvailles historiques (actes, tableaux, documents historiques divers et inédits...), que les descendants de la famille Du Buc révélent à partir de collections privées ou publiques après plusieurs années de recherches dans les Archives Nationales, les mairies, les églises, les châteaux, les fermes ...

 

Pour en savoir plus sur ce nouvel ouvrage et pour passer commande, les auteurs vous donnent rendez-vous sur le site des Editions Du Buc.

 

Le chapitre consacré à Aimée du Buc de Rivery, fera l'objet d'un livre à part entière, qui sortira en fin d'année 2013.

 

"Aimée du Buc de Rivery, une Sultane Française à Istamboul".

 

Date de dernière mise-à-jour : 27/08/2013

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Toujoursla - dans Info ToujoursLa
commenter cet article

commentaires

Aurélien 27/09/2016 23:53

Bonjour, idem que le commentaire précédent. Je suis un descendant DUBUC par les du Buc de Rivery. Pourriez-vous me renseigner où acheter l'ouvrage "Si la Martinique m'était contée" Cordialement Aurélien

Alain Rézard de Wouves 08/08/2013 15:41

Je suis un descendant DUBUC par les du Buc de Rivery .
Je voudrais acheter le livre :Si la Martinique m'était contée . Pouvez vous me renseigner par ou je pourrais le trouver
merci Alain