27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 21:13

Les grands noms des réseaux sociaux peuvent être mis au service du souvenir d'un être cher.

 

FACEBOOK : 

 

Tout naturellement, lorsque nous pensons "réseau social", nous pensons "Facebook". Le défunt peut avoir entretenu une page Facebook de son vivant. Lorsque ce dernier nous quitte, selon le niveau de confidentialité de son profil, ce sont soit les "amis Facebook", soit tous les internautes qui peuvent déposer condoléances à la famille, photos souvenirs et autres posts à son attention.

 

TeteCabrit.jpg

 

Mais il y a problème, car plus personne ne peut contrôler les messages déposés sur son mur. Dans ce cas, le site communautaire propose aux proches un formulaire, pour indiquer leurs volontés quant au devenir du compte. Deux solutions sont offertes : fermer le profil ou le transformer en mémorial.*

 

Il n'en reste pas moins, qu'un "Mémorial Facebook" n'est pas la plateforme idéale pour vos chers disparus, le mur étant propice à gérer de l'actualité... Or pour une personne décédée, l'actualité laisse rapidement place au souvenir. 

 

Par soucis de synthèse, il vaut mieux enregistrer les informations principales collectées sur le Facebook de la personne disparue, que vous pourrez intégrer plus tard de façon organisée dans une biographie sur un site dédié.

 

Dernier aspect de Facebook : les groupes**. En voici une illustration. Cette forme de partage permet aussi d'honorer la mémoire d'un être disparu : taggage des photos, commentaires avec photos, vidéos, musiques, réactions de chacun, échanges... Avec plus d'un milliard de membres à la fin 2012, la communauté est facile à créer et le groupe peut être privé pour plus d'intimité.... Mais Facebook est une entreprise avant tout commerciale. Les pages Facebook sont assez impersonnelles avec beaucoup de pubs, de liens divers rendant le site peu agréable pour accueillir un être disparu.

 

Tellement commercial, que le site communautaire ne vous permet pas de faire valoir vos droits d'auteur, ni sur les textes, ni sur les images, ni sur les vidéos que vous publiez. Il faut vous dire que tout ce que vous déposez sur leur plateforme, leur appartient.

 

Bref, Facebook est un outils formidable pour gérer l'immédiateté, le contact, l'échange, ses réseaux... Il ne faut pas oublier ses finalités premières. 

 

 

LES BLOGS :

 

Les grandes plateformes de blog, tel Overblog ou Blogger gèrent des communautés et peuvent être imaginées comme solution pour ouvrir un mémorial dédié à votre cher disparu. Surtout si ce dernier a animé des blogs de son vivant. 


Mais en y réfléchissant, le blog n'est pas très adapté pour entretenir le souvenir d'un être cher. En effet, la structure en articles est peu propice à la construction d'une biographie. Rares sont les plateformes de blog qui permettent de déposer des photos en même temps que des commentaires. Et surtout, un blog a vocation d'être une vitrine sur internet, or les familles et les amis recherchent généralement de l'intimité, au moins dans un premier temps.


Le blog de ...

Par ailleurs, que faire des blogs ouverts par la personne défunte ? Un journal intime, un blog consacré à sa passion, doivent absolument être conservés. Mais là, de nombreuses questions restent en suspens, et nous trouvons peu de réponses dans les aides des plateformes concernées. Si le blog est gratuit, le site peut a priori être maintenu. Mais qui s'occupe de la gestion des nouveaux commentaires ? Si le blog est payant, comment prendre la relève pour ne pas perdre ce qui peut être considéré comme un petit trésor protégé par les droits d'auteur ?

 

GOOGLE :

 

Acteur majeur, voire prépondérant de l'internet, Google propose des outils adaptés à la création d'un petit mémorial.

 

En effet, le moteur de recherche a développé ces dernières années un grand nombre d'applications faciles d'utilisation pour nous rallier à son système. Il faut le reconnaître, ce que propose la firme de Mountain View est extrêmement attractif.

 

Vous perdez un proche. Vous souhaitez alors partager avec sa famille et ses amis des choses simples : douleur, tristesse, quelques mots gentils, quelques souvenirs, quelques photos....


Picasa

Google Picasa et picasaweb permettent à partir d'un simple compte Google, d'ouvrir un album. Par exemple : "Germaine (1910-2000)".

L'album peut être public, mais ce qui est intéressant c'est qu'il peut être privé. Si vous avez l'application Picasa sur votre ordinateur personnel, la sélection des photos ou vidéos ainsi que la synchronisation sur l'album web est un jeu d'enfant. Si vous n'avez pas Picasa, Google a pensé à tout pour vous simplifier la tâche. Une fois les photos chargées, il suffit de cliquer sur l'icône "Partager", puis indiquer les adresses mail des personnes avec qui partager l'album.

 Commentaires.jpg

Ces dernières pourront alors commenter les photos avec des témoignages, des anecdotes et ajouter des photos ou vidéos dont elles auront le contrôle. Pour compléter leur propre album personnel, elles pourront télécharger les photos et vidéos dans leur format original.

 

C'est simple, sobre, efficace et beau.

 

Mais l'outil va plus loin, avec :

- la reconnaissance et le taggage des visages qui accompagnent l'être cher sur les photos, ainsi que la géolocalisation sur Google Maps,

- la gestion des droits d'auteur éventuels sur les images. Sujet dont Facebook ne se souci absolument pas.


tagage.jpg

Enfin, la communauté participative n'est généralement pas longue à créer... car elle existe déjà ! Nous sommes nombreux à utiliser déjà un compte Google, soit pour la messagerie gmail, soit pour Google Earth, soit pour nos préférences de recherche, soit pour notre blog, soit pour tout autre service offert par la firme.

 

YOUTUBE : 

Autre service de l'éco-système Google, il n'est pas rare d'y trouver des vidéos dédiées à un cher disparu.

  

Et TOUJOURSLA ?

ToujoursLa est une plateforme idéale pour rendre hommage à vos chers disparus, surtout si vous souhaitez rédiger des biographies et intégrer les aspects généalogiques et historiques de la famille. Fonctions qu'on ne trouve pas sur les grandes plateformes précitées, sauf sur Wikipédia... qui n'est pas abordé dans cet article. Wikipédia est un concept à part qui dans sa largesse encyclopédique héberge des "super mémoriaux" !


Inutile de créer et gérer une communauté pour partager en toute intimité et simplicité le souvenir d'un être aimé. Les fonctionnalités uniques de ToujoursLa sont totalement adaptées au sujet, depuis une simple pensée pour la personne jusqu'à une biographie extrêmement complète.

 

Laurent 

 

Date de dernière Màj : 05/02/2013

 

Sources :

* Le monde.fr - 31-08-2010

** Article "Facebook et la mort" par Jean-François Renaud - 22-08-2008

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Toujoursla - dans Décès
commenter cet article

commentaires

assurance obsèques 23/04/2014 13:45

C'est vrai que c'est clairement glauque vis à vis de Facebook. Savoir qu'il y a tant de personnes décédée sur un site de partage social fait un peu froid dans le dos. C'est très b^te, mais ma maman
est morte et moi et ma soeur n'avons encore pas pu supprimer son compte ... Souvent des personnes laisse des petits messages sur son mur, c'est plutôt agréable ...même si je pense que ça soit
malsain nous avons du mal à supprimer le compte !