14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 04:16

 

 

En remerciement à vous qui participez à la vie de Toujourslà...

 

 

11-10-2011

 

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai découvert votre site hier

En effet P.... a été très proche de ma maman pendant sa jeunesse

puisque sa mère et la mienne se rencontraient régulièrement.

Étant moi même jeune fille nous nous sommes rencontrés souvent.

 

J.

 

 

29-08-2011

 

J'ai donné à un ami habitant Orléans copie des 3 pages sur les P.... - il se trouve que son grand-père y était jardinier.

 

R-M.

 

 

25-07-2011


Il y a eu un meutre en 1681.

 

Les membres de la famille ... se sont déchirés pour l'héritage.

 

Il y eut complots et querelles qui se sont finis par un guet-apens et un meurtre.

 

Ce n'est pas moi qui le dit. Il existe un rapport sur cette affaire retentissante réalisé par des historiens. Je vais le chercher prochainement.

 

Décidemment, au F...., nous allons de surprises en surprises !

 

Et où s'est passé le meutre? Dans quelle pièce du château? (dans une chambre, dans les caves, dans la tour?)

 

Y.

 

 

05-07-2011

 

Super, je suis très heureux et merci pour votre mail.

Cette photo a été prise par mon frère, G. qui habite en France, il y a trois ans.

Je suis sur qu il sera très heureux de faire votre conaissance.

Ces noms me sont très familiers. Je suis quelque part leurs descendants.

 

J’ai encore pas mal d’informations que je vous ferais parvenir très bientôt.

 

Très cordialement,

 

J-F.

 

 

27-12-2010

 

J’ai un DVD dans lequel M. non seulement figure mais est parle de l’action qu’elle menait à l'association. C’est un film qui est passé à la télé. Je vais vous en faire une copie et si vous pouvez me donner votre adresse pour pouvoir vous l’envoyer.

 

Cordialement

 

D.

 

 

26-08-2010

 

C'est avec un vif intérêt que j'ai lu la vie de votre grand-père.

 

Comme je l'indique dans la fiche signalétique, je suis l'actuel propriétaire du chateau de T. dans lequel vos grand-parents ont vécu.

 

M.

 

 

03-07-2010

 

Cette inauguration s'est passée le 21 juin, avant l'ouverture de la fête de la musique, devant une bonne centaine de personnes.

 

Je vous enverrai une photo de la plaque...et vous invite à lire l'article suivant :

 

Marie-Louise Dromart, une poétesse mise à l'honneur.

 

Guy

 

 

22-01-2010

 

... mais préalablement et après avoir pris connaissance des ordres du général auquel il promit de se soumettre, il jura sur sa parole de chevalier de St Louis, qu'il ne chercherait point à s'échapper. Cependant, étant à  moitié déshabillé, il demanda la permission d'entrer dans l'alcove de sa chambre à coucher ; chambre dans laquelle, le Baron, le gendarme et le commis étaient avec M' de Pontis, ce dernier sans faire le moindre bruit, trouva le moyen de s'évader par un petite porte dérobée et couverte en papier peint qui était au fond de son alcove.

 

Gillian

 

 

14-10-2009

 

Un bien beau site. Mon fils y est mis en valeur.

 

G.

 

 

01-09-2009

 

Voilà mon histoire, un peu confuse sans doute, si vous voulez d'autres renseignements sur notre branche, ou si vous avez des informations à nous communiquer nous sommes preneurs (ou donneurs).

Encore bravo pour votre site.

 

Michel

 

 

09-08-2009

 

D'autres papiers sont en cours de déchiffrage, vous en saurait davantage d'ici peu.

Aussi, avec Y. nous avons décidés d'écrire ensemble un livre retraçant l'histoire de la famille, alliant chacun nos connaissances ... ayant pour but de rendre l'ouvrage le plus attractif possible et de répondre favorablement aux nombreuses questions que les lecteurs sont en droit de se poser ! Les trouvailles, documents nouveaux ainsi que les corrections seront evidemment inclus dans le livre !

 

F.

 

 

15-06-2009

 

C'est "impressionnant" ce que vous venez de faire, je vous en félicite, 

 

Jean-Jacques

 

 

24-05-2009

 

Par contre nous cherchons toujours le nom du premier DROMART ayant débarqué à l'Ile MAURICE alias Ile de France; une rumeur familiale laisse penser qu'il était passager du navire St Gérant lorsqu'il fit naufrage sur les côtes de cette Ile en 1744.

 

Michel

 

 

18-10-2008

 

Votre site Internet est exactement dans l'état d'esprit du mien, c'est à dire rendre notamment hommage à un être cher. C'est pourquoi, j'ai créé un site sur mon grand-père, Monsieur Fernand ROCHE, musicien et inventeur belvésois.

 

Stéphane.

 

 

28-09-2008

 

Je suis contente de trouver votre site qui me permet de découvrir une région inconnue pour moi.

J'ai trouvé dans de vieux papiers de mon grand père un article sur les ardennais qui s'expatriaient.

L'un d'entre eux, J-G était un de mes ancetres.

 

Marie-Claude.

 

 

01-05-2008

 

Félicitations pour la richesse de votre site.

 

Si vous me le permettez, je pourrais mettre un lien sur mon site, il est essentiellement dédié à La Trinité.

 

Jean

 

 

17-04-2008

 

C'est un de mes amis qui m'a parlé de votre association. Je trouve le concept du site intéressant et je vais donc essayer d'y contribuer au maximum (en fonction de mes disponibilités...). 

 

Laure

 

 

31-10-2007

 

Dès 8 h ce matin, j'ai fait un saut en moto à l'adresse de J-J pour mettre dans sa boite des éléments de notre arbre généalogique.

 

Claude

 

 

27-08-2007

 

J'ai conservé de nombreuses photos du lieu, qui n'a pas l'air ultra-luxueux, mais tout de même assez confortable. Connaissant leurs goûts, je serai très surprise s'il n'y avait pas tout le confort moderne et l'espace....

Ils exerçaient tous deux la magnifique profession de rentier... Mon arrière grand-mère gérait les héritages de mon grand-père et celui de ma grande-tante, laissés par leur père à sa mort. Son nouveau mari s'ennuyait à mourir à T.., il le dit dans plusieurs lettres. Il dit notamment qu'il n'a accepté d'y vivre que pour respecter le désir de sa femme, qui y tenait pour l'air, paraît-il vivifiant à ses yeux pour ses enfants. Visiblement ils devaient y chasser à courre, j'ai pu voir une meute de chiens sur plusieurs clichés et des chevaux.

 

A.

 


22-08-2007

 

Félicitations pour votre idée, c'est dans le même esprit que j'essaie de promouvoir mes racines antillaises (en hommage aux anciens) par la musique. Tous les anciens quelque soit leurs rôles ou leurs statuts ont éclairés notre route. c'est à nous maintenant de les honorer.

 

Lucien

 

 

28-03-2007

 

Merci pour cette biographie qui contribue à faire connaître et aimer Thérèse.

Continuez !

 

Sr Anne-Elisabeth

 

 

06-12-2006

 

Bravo pour ce nouveau site. Quel travail ! 

 

Jean-Yves

 

 

01-09-2006

Concernant Marie Louise Grès Dromart, elle aurait bien mérité d'avoir un nom de rue à Haybes. Hormis ses talents de poêtesse et les nombreux prix qu'elle a pu avoir, elle fut décorée de la Légion d'Honneur au péril de sa vie, pour son action durant la guerre de 1914.

 

Guy

 

 

13-08-2006

 

J'ai pour ma part en tête qqs figures que je verrais volontiers dans cette galerie (Francisco Varela, Alan Turing, Theillard de Chardin, Th Monod -pour faire plaisir à BM !, Marguerite Yourcenar,...)

 

Jérôme

 

 

------------------------------------------------------------------------------------

 

et Le livre d'or dont le lien n'avait plus était activé depuis un moment ....

 

 

 


Partager cet article

Repost0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 16:15

Portrait de Marie-Louise Dromart-Grès"Elle naquit à Haybes-sur-Meuse. L'atmosphère de ces défilés où le fleuve s'ouvré la plus merveilleuse des brèches au coeur du plateau ardennais, à travers un monde de mystère et de légende, n'a pas été certainement pour peu dans la prédisposition de sa sensibilité. Elle fait ses études au lycée Sévigné, à Charleville. Dès qu'elles ont pris fin, sa vocation poétique commence. Elle écrit des vers, elle les écrit aussi naturellement que coule son fleuve, que poussent ses arbres. Sauf ceux imposés par les événements son inspiration en effet, alimentée aux plus riches sèves, ne connaîtra pour ainsi dire pas d'arrêts. Un seul volume en prose « Sur le Chemin du Calvaire » (1921). Celui-là, elle ne pouvait pas ne pas l'écrire ; il retrace l’histoire des heures terribles de l'invasion où elle a tant payé de sa personne. Marie-Louise Dromart (ce sera l'honneur de sa vie) nous a révélé ce qu'est dans ses tréfonds, aux grandes heures, la nature d'un vrai poète. On sait que sa conduite héroïque lui valut d'être citée deux fois à l'ordre de la Nation, qu'elle reçut la Légion d'Honneur dont elle fut décorée au péril de sa vie. (sic) En cette grande Française, qui est une des belles figures de l'héroïsme féminin pendant la guerre, la vérité est qu'il y avait autant de noblesse d'esprit que de fermeté de caractère." ...

 

... Son oeuvre poétique se compose de cinq denses volumes « Le Front Voilé », « Les Feuilles tombent »,  « Le Bel Eté », « Sur mes Pipeaux fleuris », « Dans le sillage de l'Oiseau blanc » (plaquette), « L’allée aux fantômes » ...


Extrait de la nécrologie de Marie-Louise Dromart par André P
AYER dans le n° 39 de "La Grive" paru en janvier 1938.


Retrouvez la biographie complète de Marie-Louise Dromart par Guy Lépine.

Partager cet article

Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 09:00

.... à travers l'histoire des chevaliers du Buc, de la Normandie à la Martinique en passant par la Turquie.

 

Nombreuses sont les familles et les êtres de l'Histoire, dont nous ne mesurons pas l'importance du passage sur cette terre. Nous nous rendons compte que toute vie apporte son originalité et son lot d'aventures. Mais force est de constater qu'il y a des destins plus "romanesques" que d'autres.


Petit à petit les archives familiales s'ouvrent. Des vérités historiques appuyées par des documents anciens oubliés dans les malles, caves, greniers... viennent confirmer, infirmer ou compléter les connaissances actuelles des historiens.

C'est le cas de la famille du Buc, par le truchement d'Yvan Brunet du Buc de Mannetot, historien. Avec le soutien des siens, l'histoire d'une grande et noble famille d'origine normande se révèle avec la sortie du livre "1493-1848 *** Si la Martinique m'était contée...".




Avant l'édition de ce livre, Maria Garbacz fut porteuse de la mémoire familiale. Son histoire est déjà une romance. Polonaise rencontrée en captivité par Léon du Buc en 1943, durant la dernière guerre, elle se marie et entre dans la famille en 1945. Acquérant au fil du temps son statut de "mémé dubuc", elle décède en l'an 2000. Yvan Brunet du Buc
 de Mannetot, prend le relais de Maria du Buc, pour révéler ce "trésor" familial.


L'introduction de son livre pourrait se résumer à ce passage :
"Depuis toujours, nous savons que notre nom de famille a une histoire, une grande histoire. Il y a les rumeurs, les traditions orales, les documents, les lettres, les photographies, les vieilles cartes, les vieux livres, les tableaux, les blasons, les terres, les vieilles fermes", les vieux châteaux, les vieux manoirs, les vieux tombeaux....

Et que découvre-t-on entre autre ?

Jean VI du Buc du Fontenil, noble Seigneur Normand, Chevalier, Sergent royal de la Marine, participe avec son voisin et ami Pierre Belain d'Esnambuc et Mr Urbain du Roissey, activement à la première vrai conquête française des Antilles. Sur l'ordre du Cardinal de Richelieu, les trois hommes embarquent en 1626 pour prendre possession de l'île de Saint-Christophe (St Kitts) alors occupée par les indiens caraïbes.

En 1635, Jean VI du Buc, Jean du Plessis et Charles Liénard montent une nouvelle expédition qui les conduit le 23 juin 1635 sur la plage du Carbet en Martinique. (Christophe Colomb avait découvert la Martinique en juin 1502, par cette même côte). Mais les Français sont les premiers à tenter une occupation. Face à la férocité des indiens caraïbes qui occupent l'île, ils ne séjournent pas plus de 3 jours, pour rejoindre la Guadeloupe, où ils fondent une nouvelle colonie chrétienne. La conquête réelle de la Martinique par la Françe commence en septembre 1635, avec un débarquement conduit par d'Esnambuc. Il n'en reste pas moins que Jean VI du Buc devança son ami Pierre Belain d'Esnambuc en Martinique, comme en Guadeloupe. Entre 1636 et 1657, Jean VI du Buc aide le premier gouverneur du lieu, Mr Jacques Dyel du Parquet, à effectuer les premières explorations, avant de s'éteindre en 1666.

Que découvre-t-on encore ?

En 1657, Pierre III du Buc, fils de Jean VI, tue son cousin le chevalier Antoine de Biencourt dans un duel sans cause connue. Pour ce fait condamnable, il est recherché par les mousquetaires du roi. Grâce à son père, dont nous connaissons maintenant les exploits et les relations, Pierre embarque discrètement à Dieppe, destination Martinique. Il débute sa nouvelle existence sous le nom de Pierre Dubuc. Il s'enrichit, retrouve ses lettres de noblesse, à force d'exploits, de courage et de réussite.

 Pierre III du Buc avec l'aimable autorisation du 25/03/2009 de la famille du Buc (France), reproduction interdite.


Pierre du buc de la Caravelle fonde ainsi la branche antillaise des du Buc. Branche qui laissera quelques traces significatives dans l'histoire de France et l'histoire des Antilles française. Nous retiendrons le Château Dubuc en Martinique, 3ème lieu touristique de l'île le plus visité, des combattants valeureux, un économiste, deux écrivains, un intendant, trois députés, un Franc-maçon, dont vous découvrirez l'implication économique, politique et culturelle au fil des pages et au fil des siècles.

Et puis il y a Aimé du Buc de Rivery....

Nous connaissons deux grandes dames de France, originaire ou ayant vécu en Martinique : L'impératrice Joséphine de Beauharnais, de son vrai nom Marie-Josèphe-Rose de Tascher de la Pagerie, épouse de Napoléon Bonaparte et Madame de Maintenon, épouse secrète de Louis XIV.

En Martinique, Joséphine petite joue avec sa cousine Aimée du Buc. Un jour, les deux fillettes rencontrent une voyante ou sorcière Vaudou. A Joséphine elle aurait prédit : "tu seras reine... non, pas reine... tu seras plus que reine...". Quant à Aimée du Buc, elle l'aurait vu recluse dans un magnifique palais qu'elle ne pourrait plus jamais quitter.

Cette destinée promise à Aimée du Buc contribue à alimenter la légende qui enveloppe la vie extraordinaire de cette femme. Légende qui fait l'objet d'un Best Seller : "La nuit du Sérail" en 1983 de Michel de Grèce, d'un film "Angélique, Marquise des Anges" de Robert Hossein, d'un opéra de Donizetti, du film "Puissance Intime" en 1989 de O'Shea Ambre, de l'ouvrage "L'impératrice Voilée" en 1923 de Benjamin Morton, du livre "Une Sultane Française" en 1928 de Jean Minassian.... et de nombreuses autres parutions...

 Collection famille du Buc, reproduction interdite, autorisation Y.B. du Buc de Mannetot


Avec "1493-1848 *** Si la Martinique m'était contée...", la famille du Buc confirme la légende avec documents et tableaux inédits. A 12 ans et demi, Aimée part de Nantes en 1788 pour un retour en Martinique. Son bateau fait naufrage. Sauvée de la noyade par un navire espagnol, ce dernier se fait appréhender par des pirates... Ainsi, se dessine un destin étonnant, qui passe par l'Algérie, le harem de constantinople, pour la conduire au rang suprême de Sultane Validé en 1808, sous le règne de Mahmoud II. Une histoire qui explique les relations diplomatiques courtoises entre la France et la Turquie de l'époque, empires dont les deux femmes d'influence étaient cousines ... Martiniquaises... Frémissantes révélations à découvrir dans ce livre d'Yvan Brunet du Buc de Mannetot, où nous comprenons, preuves émouvantes à l'appuis, comment deux générations de souverains turques aimèrent la belle Aimée du Buc de Rivery. Son surnom turque en dit long...: "Nakchidil" : "Empreinte du Cœur".

Un livre destiné naturellement à ceux que l'histoire des Antilles Françaises intéresse de prés ou de loin, mais aussi un ouvrage tout public dont les nombreuses anecdotes bien réelles pourraient inspirer quelques romanciers...


---------------


Aujourd'hui, ce livre est épuisé du fait de son succès. Il est remplacé par une nouvelle parution du mois d'Août 2013, du même auteur, Yvan Brunet du Buc de Mannetot en collaboration avec Fabrice Renard-Marlet :  

 

"La Saga des Du Buc"

 

En 2 tomes (respectivement de 804 pages et 821 pages). Ce nouveau livre reprend l'intégralité du contenu de l'édition précédente, mais avec beaucoup de nouvelles trouvailles historiques (actes, tableaux, documents historiques divers et inédits...), que les descendants de la famille Du Buc révélent à partir de collections privées ou publiques après plusieurs années de recherches dans les Archives Nationales, les mairies, les églises, les châteaux, les fermes ...

 

Pour en savoir plus sur ce nouvel ouvrage et pour passer commande, les auteurs vous donnent rendez-vous sur le site des Editions Du Buc.

 

Le chapitre consacré à Aimée du Buc de Rivery, fera l'objet d'un livre à part entière, qui sortira en fin d'année 2013.

 

"Aimée du Buc de Rivery, une Sultane Française à Istamboul".

 

Date de dernière mise-à-jour : 27/08/2013

 

Partager cet article

Repost0
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 08:00

Pour des recherches sur des êtres ou des lieux du passé, voici quelques sites qui vous seront utiles : 


Recherches sur des personnes :

 
Archives Publiques Libres : Carte de France et Dom, pointant région par région, les sites autodéclarés, proposant des actes gratuits,


- Services de l'état civil : Demande d'actes (naissance - mariage - décès) remontant jusqu'à vos grands-parents,


- Base Léonore : Décorés de la légion d'honneur avant 1954,


- Ministère de la Culture : Ex base "Nomina". Interroge notamment le service payant de bignet, et 5 autres bases.


- Le fichier des Mormons (USA) : Base internationale issue du dépouillement des missionnaires Mormons,


- Geneanet : Arbres en ligne issus du travail des internautes (gratuit pour de simples recherches),


- Relevés d'état civil de Geneanet : 3 300 000 relevés gratuits en octobre 2011,

 

- FranceGenWeb : Interrogation simultanée de patronymes sur une vingtaine de bases de données spécialisées. Portail majeur de la généalogie en France.

 

Recherches sur des lieux :


- Le cadastre en ligne : Tous les plans cadastraux disponibles progressivement sur le net,


- Géoportail : La france et les Dom cartographiée en 2D ou 3D par l'IGN et le BRGM.



Archives numériques :


- Patrimoine Numérique : Site du ministère de la culture concernant l'archivage numérique et la généalogie,


- Les archives nationales : Intègre grand nombre de bases dont Léonore, Etanot, etc...


- Gallica : Bibliothèque numérique de la Bibliothèque de France (succède au projet europeana.eu),


- Conservatoire numérique des Arts-et-Métiers : Voici le lien directe sur son moteur de recherche,


- Google Books : Bibliothèque numérique vue par Google. Beaucoup d'anciens ouvrages parfaitement indexés et retranscrits,

 

- La Bibliothèque Numérique des Caraïbes : Livres et même quelques états civils concernant les départements français d'Amérique. En Français, Anglais, Espagnol. Taper directement votre recherche dans le champ prévu à cet effet.

 


Pour aller plus en avant dans vos recherches sur vos ancêtres, nous vous invitons à consulter l'article sur les Archives Départementales Numérisées en ligne et les Archives Retranscrites et dépouillées gratuitement .

Date de dernière MàJ : 10/02/2013

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2006 2 26 /12 /décembre /2006 11:23

Depuis que le site ToujoursLa est créé, beaucoup de liens se sont tissés via le système de mise en relation du site.

Le constat est le suivant :
ToujoursLa attire nombre d'internautes qui œuvrent déjà dans des cadres associatifs (cercles de généalogie, groupes de recherche, associations familiales...)

La formule à adopter est donc claire :
ToujoursLa, de part sa vocation à conserver le patrimoine historique de chacun d'entre nous, ne peut être géré autrement que par une association à but non lucratif.

C'est pourquoi, nous avons déposé le 21 décembre 2006, les statuts de l'Association Toujoursla, dont l'objet est le suivant :

"Cette association a pour objet de collecter auprès de chacun, de toutes nationalités, différents textes et documents média (photos, films, bandes son, objet, etc...), qui rappellent le souvenir d'un être, d'un lieu, d'un objet, d'une oeuvre et d'accomplir ainsi un "devoir de mémoire".

Ces documents de toute origine : mémoire individuelle, collective, archives familiales ou institutionnelles, livres, etc... permettrons d'individualiser ou localiser des pages de l'Histoire, et de ne pas oublier :
- des êtres qui nous sont chers,
- des informations historiques qui pourraient disparaître en même temps que les individus porteurs de cette connaissance.

En outre, cette base d'informations constitue une source supplémentaire pour des recherches généalogiques, familiales, historiques."

Le 27 décembre 2006, l'association est enregistrée sous le n° W9M2000147.

Nous vous souhaitons la bienvenue sur son blog : http://toujoursla.over-blog.com.

Laurent

Partager cet article

Repost0